COMITE REGIONAL SKI ALPES PROVENCE

Accueil > Actualités > A​LIZEE BARON DE NOUVEAU EN SELLE / 12.07.2017

12.07.2017

A​LIZEE BARON DE NOUVEAU EN SELLE

C’est une « nouvelle » Alizée Baron qui se prépare pour rentrer en lice sur circuit international de la saison 2017 2018. Après une année de séjours entre hôpitaux et centres de rééducation, la skieuse d’Orcières Merlette, vainqueur en 2015 de sa première Coupe du monde à Åre, a repris depuis le mois de juin le chemin des entraînements au sein du groupe fédéral de skicross. « Je suis rentrée dans une nouvelle phase de ma carrière. J’ai compris qu’il fallait changer de manière de faire : être plus dans le qualitatif que dans le quantitatif à l’entrainement. On a adapté mon programme. Je fais plus attention à mon dos, passe plus de temps à m’échauffer sur certains mouvements, m’étire plus. Si je fais les choses comme il faut, il n’y a aucune raison que ça aille mal ! » raconte Alizée. Résultats : « Aujourd’hui, ça va très bien, de mieux en mieux même! Je sens de jour en jour que mon dos réagit bien à la charge de travail! ».

Actuellement au Centre national d’entrainement à Albertville, suivi de près par le préparateur de l’équipe Sébastien Carrier et son coach Michel Lucatelli qui vient régulièrement leur rendre visite, Alizée est « dans le bain ». Elle a retrouvé comme au bon vieux temps, le groupe de l’équipe de France, (deux filles et neuf garçons dont Terence Tchiknavorian de Sauze Barcelonnette, son vieux copain de route). Interviewée au téléphone, elle semble heureuse et emplie d’espoir.
Car Alizée revient de loin : en novembre dernier, elle se voit tout d’un coup handicapée par de violentes douleurs au dos. Elle apprend le diagnostic et pas des moindres : triple hernie discale. « Ca été un coup de massue. Je n’avais jamais eu de problème de dos auparavant. Dans un premier temps, on a cru que je pourrai continuer la saison. J’avais passé des mois à me préparer, j’avais pu me mesurer à mes concurrentes en entrainement et les résultats étaient prometteurs » se souvient-t-elle. Puis les douleurs sont allées de mal en pis. Jusqu’au jour, où le couperet tombe : l’opération est inévitable et doit se faire rapidement. Au moment où les médias s’emparent de cette mauvaise nouvelle, Alizée ressent comme un soulagement : « Je me suis dit qu’il fallait tourner la page sur la saison et reconstruire la prochaine. On a pris le temps qu’il fallait. Je souffrais beaucoup. On me disait qu’on apprenait beaucoup de nos blessures mais à ce comment là, je ne voyais rien de positif. Maintenant je me dis qu’effectivement, ça a été une bonne école. En fréquentant tout ces centres de rééducation, j’ai tout appris sur l’utilisation de mon dos, les bonnes postures. Des choses que je mets en application aussi dans mon quotidien, dans les taches de tous les jours». A Lyon, puis au centre de Capbreton sur la côte Basque, soit 6 mois de traitement, Alizée compte les mois qu’il lui reste pour se remettre sur pied, recouvrer les bases d'une bonne condition physique et mentalement se projeter dans la prochaine Coupe du monde. L’objectif est atteint, car au jour d'aujourd’hui, après avoir fait preuve d’une patience infinie, elle court, fait du vélo et soulève des poids en salle comme une athlète digne de son rang.
Questionnée sur le passage aux prochains blocs de ski, elle répond instantanément sur les dates de stages où elle pourra rechausser. Impatiente ? « Oui et non. Il va falloir que je retrouve la confiance d’avant ». Dès septembre, le groupe France va enchaîner les séjours en Suisse puis en Suède où les boardeurscross français ont l’habitude de s’entrainer depuis 4 ans : « On construit les parcours avec les skieurs suédois qui ont aussi une bonne équipe, on fait des confrontations, il y a beaucoup d’émulation » explique Alizée.
Première course, début décembre avec l’ouverture de la Coupe du Monde à Val Thorens. Alizée sera au rendez-vous avec un moral d’acier et une envie d’en découdre.


Photos: Agence Zoom et CRAP à la remise des récompenses des meilleurs skieurs haut-alpins en mai 2017.